Lesbiennes et santé


Pourquoi parler de la santé chez les lesbiennes?


L'orientation sexuelle n'a, en soi, aucune influence sur la santé des individus. Cependant, le fait d'appartenir à une minorité qui fait encore aujourd'hui l'objet de discriminations peut être source de stress, ce qui peut entraîner des troubles aussi bien psychiques que physiques. Le fait d'avoir une faible estime de soi ou des difficultés psychologiques peut également conduire à des conduites dommageables pour la santé comme la consommation de substances ou des conduites à risque. Il a aussi été mis en évidence que le "milieu" gay et lesbien qui est beaucoup axé sur la vie nocturne, pouvait constituer un facteur aggravant en ce qui concerne la consommation de tabac, d'alcool et de diverses drogues.

En plus du vécu et des comportements des personnes homosexuelles elles-mêmes, se pose également la question de l'accès aux soins adéquats et des relations de ces personnes avec le monde médical.

Les relations entre la médecine et les personnes homosexuelles ont longtemps été difficiles. Les préjugés vis-à-vis de l'homosexualité ont une très longue histoire dans le monde médical et particulièrement en psychiatrie. Rappelons par exemple que l'homosexualité a figuré jusqu'en 1973 dans le DSM, le manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux de l'association américaine de psychiatrie et dans la classification internationale des maladies de l'OMS jusqu'en... 1990.

Si l'homosexualité est maintenant considérée par la plupart des organismes officiels comme une simple variation humaine non-pathologique, certains groupes minoritaires continuent à la voir comme un problème ou un trouble du développement. De plus, l'homophobie et les préjugés sont encore présents dans la population, y compris parmi les professionnel-le-s de la santé.

Il est donc compréhensible que certaines personnes homo- ou bisexuelles puissent être méfiantes à l'égard du monde médical, surtout si elles ont elles-mêmes été victimes de discriminations liées à leur orientation sexuelle.

La plupart des soignant-e-s ne sont heureusement pas homophobes, mais beaucoup ne connaissent pas les difficultés et besoins spécifiques des personnes homo- ou bisexuelles ou font comme si l'ensemble de leurs patient-e-s étaient hétérosexuel-le-s (hétérosexisme). C'est pourquoi ces personnes peuvent ne pas recevoir les soins appropriés, ne pas se sentir pleinement en confiance lors des consultations ou ne pas se sentir concernées par des messages préventifs orientés vers la population hétérosexuelle.

Tout ceci explique pourquoi les lesbiennes présentent certaines spécificités en matière de santé et pourquoi nous trouvons important de leur apporter des informations ciblées, mais aussi de sensibiliser et d'informer les prestataires de soins.


Remarque: Des documents sur ces thèmes et d'autres sont disponibles dans la rubrique "Ressources" de ce site.


dim 20 mar 2011